La Source 

 
La source

Bien qu'elle soit, dans notre village, peu visible en surface, l'eau est présente partout dans notre sous-sol. Car Eaux-Puiseaux a la chance de posséder une source qui l'alimente en eau depuis l'année 1880. Ainsi, cette source fournit à notre commune, au rythme moyen de 15 m3 par heure, une eau d'excellente qualité.

SourceEntree.png
SourceCaptage.png

 

L'eau collectée dans la zone de captage alimente un bassin à la base duquel un tuyau de 160 mm de diamètre permet le transport de l'eau vers le château des Brulis.

L'excédent d'eau non transportée s'écoule le long d'une galerie de 42 m, pour être absorbée en contre bas dans une zone de lagunage.

SourceGalerie.png
 
Les réserves
Brulis.png
SourceFouràChaux.png

À partir de la zone de captage, nécessairement très protégée, une canalisation permet, en gravitaire, d'alimenter le château d'eau des Brûlis. Ce réservoir de 170 m3 ne permet pas, à cause de son altitude, d'alimenter l'ensemble du village.

 

 

 

 

 

 

Il existe donc un deuxième château d'eau, qui est installé en surplomb de toutes les habitations puisque construit à une altitude supérieure de 34 mètres à celle du premier et qui reçoit, par pompage, une quantité quotidienne d'environ 80 à 120 m3 d'eau, selon les périodes de l'année et les consommations des habitants. La capacité de ce second château est de 300 m3, dont la moitié constitue la réserve incendie.

 
L'entretien

Le Syndicat Départemental Des Eaux de l'Aube  (S.D.D.E.A.) recommande de procéder périodiquement au nettoyage des réservoirs, opération qui a été réalisée pour l'un des deux à la fin du mois de juillet 2020 et pour le second à mi-septembre 2020, sans que les habitants en aient subi la moindre gêne. Et pourtant, ce résultat ne peut être obtenu que par une parfaite connaissance et une grande maîtrise des  mécanismes de distribution de l'eau, dans ses moindres détails. Notre commune a la chance de posséder cette compétence, incarnée par quelqu'un qui sait identifier rapidement les problèmes et donc immédiatement les résoudre.

De qui s'agit-il ? Les puisotines et les puisotins le savent tous.

Eaux - Nettoyage.png

Maintien du service de l'eau pendant le nettoyage des cuves

 
SchemaEau2.png

Comment procéder pour maintenir l'accès à l'eau pendant le nettoyage du réservoir du Four à chaux ?

 

Voici la méthode :

Première obligation : pour nettoyer le réservoir, il faut tout d'abord le vider, tout en arrêtant le pompage qui, habituellement, le remplit. Cette vidange dure elle-même plusieurs heures.

Le village continue à être alimenté normalement et le surplus non consommé s'écoule dans les champs avoisinants selon un réseau dont on ne connait pas le plan.

Le moment critique est atteint lorsque le niveau d'eau du réservoir du Four à chaux est inférieur au seuil minimum. À partir de ce moment, l'eau n'est plus distribuée normalement.

C'est là qu'intervient la science «Philippienne» ...

Pour percer le mystère, il faut comprendre le principe de l'installation et du réseau, dont ci-dessus le schéma sommaire.

 

Lorsque le niveau du Four à chaux atteint son niveau minimum, l'eau qui alimente le village est celle, et seulement celle qui est contenue dans la canalisation ( B ) qui relie les 2 réservoirs. Cette canalisation, longue d'environ 500 mètres et d'un diamètre de 16 cm, contient environ 10 m3 d'eau. En situation de consommation normale et continue, le village absorbe cette quantité en quelques minutes.

Passé ce laps de temps, et jusqu'au nettoyage complet de la cuve, Yves PHILIPPE réactive le pompage des Brulis vers le Four à chaux jusqu'au remplissage de la canalisation, sans plus, faute de quoi les agents du S.D.D.E.A., au fond de la cuve, seraient les premiers à s'en rendre compte.

Au moment précis où la canalisation est pleine, Yves suspend le pompage. Le village continue ainsi à être alimenté. Et ainsi de suite jusqu'à la fin du nettoyage par les agents du S.D.D.E.A.

 

Voilà la technique employée, pleine d'empirisme et de bon sens, qui permet aux habitants de disposer, sans interruption, de l'eau en quantité suffisante, avec parfois une très légère baisse de pression, à peine perceptible.